Nous nous installons devant les bains-douches. Il est 7h30 lors de notre arrivée et nous mettons environ une heure à déployer le dispositif : le camion, des tables, des chaises, trois parasols, du café, des gâteaux... Un espace d’accueil et de convivialité pour arrêter quelques minutes, ou plus les usagers des bains-douches. Ouvrir la discussion. Qu’elle soit fortuite, de courte durée ou plus poussée, qu’elle ai conduit à des entretiens enregistrés autour du parcours journalier d'usagers des bains-douches ou invité à des collaborations inédites comme la réalisation d'un film par une personne rencontrée, chaque rencontre est un point de départ vers une appréhension ou une connaissance du monde.

Les bains-douches, point de passage, d'ancrage sont un des points clés d'une géographie de l'habiter de ces personnes pour la plupart en situation de précarité. Que nous raconte ce lieu, service public gratuit de la ville ? Le rapport à la santé de chacun, à l'hygiène, au prendre soin.

Nous sommes en écoute active du récit de vi(ll)e de chacun, pour en tirer de manière intuitive des fils de compréhension d'une manière d'habiter le monde, de vivre et se ressourcer dans cet espace des bains-douches. Les récits se font parfois échos, rebondissant les uns avec les autres. Ils deviennent eux-même par les questions qu'ils ont pu soulever des supports de conversation pour les prochaines rencontres. Serendipité.

immersion